Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat ainsi que gouvernement. Madame la Secre?taire ge?ne?rale.

Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat ainsi que gouvernement. Madame la Secre?taire ge?ne?rale.

Mesdames et Messieurs les Directeurs ge?ne?raux, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Ambassadrices. Mesdames et Messieurs, chers amis.

Les premiers mots vont i?tre Afin de vous, Monsieur le Premier ministre, pour vous remercier de nous accueillir durant ces journe?es a? Erevan, Afin de vous fe?liciter aussi en parfaite organisation de ce sommet qui intervient a? un moment majeur de l’histoire de votre pays.

Vous savez quelle place la pays occupe au c?ur des Franc?ais.

A? Paris, Marseille Lyon, ou ailleurs, prononcer le nom Arme?nie, c’est faire vibrer une corde une sensibilite? nationale.

Car l’Arme?nie n’est gui?re seulement le nom d’une grande culture, de la civilisation qui s’enracine dans la profondeur des sie?cles, le nom de la des grandes trage?dies de l’histoire qui interpelle chacune de l’humanite?. Ce paraissent aussi pour les compatriotes des visages. Ceux des Arme?niens Franc?ais, ouvriers ou artistes, militants ou entrepreneurs, sportifs, re?sistants, commerc?ants ou me?decins, qui, par leurs talents et un e?nergie, ont contribue? a? ba?tir une pays, qui aiment avec une passion sans limite la France qui leur a ouvert des bras, tel ils aiment leur patrie de naissance d’un amour e?ternel.

Et l’Arme?nie, pour la France et toute la Francophonie, c’e?tait aussi une voix, une voix qui vient de s’e?teindre et qui plonge nos pays dans la tristesse et le deuil. Notre voix d’un ge?ant de la chanson, d’un come?dien de ge?nie qui disait plus que chacune des autres des tourments, une bonheur, la douleur du temps qui passe, l’insouciance en jeunesse. Qui chantait une le?ge?rete? avec cette me?lancolie qui accompagnait l’exil et ce?le?brait une manie?re si singulie?re d’e?tre au monde.

Ce chanteur, qui repre?sentait la culture francophone partout via la plane?te, nous le savions tous, e?tait Arme?nien.

Il de?fendait ce pays et sa propre me?moire. Cela avait su cre?er Afin de lui un e?lan de solidarite? lorsqu’il fut frappe? avec un meurtrier tremblement de terre. Cela nous avait appris a? admirer, a? aimer votre peuple singulier, courageux, inde?pendant. A lui rendre justice en reconnaissant pleinement l’effroyable ge?nocide dont il a e?te? victime.

Pendant longtemps encore, et c’est la marque du ge?nie de nous, des pays se regarderont a? travers votre tre?sor commun a? nos peuples qu’e?tait Charles AZNAVOUR.

Monsieur le Premier ministre, Madame la Secre?taire ge?ne?rale,

Tout i  l’heure, c’est une famille qui se re?unit a? Erevan. Une famille a toutes les dimensions de la plane?te, pre?sente i  propos des 5 continents, en Europe, en Asie, en Afrique, en Ame?rique, en Oce?anie.

Une famille d’une telle diversite? qu’elle reste un sexfinder de?fi a? l’imagination. Nous l’ensemble de, nous toutes qui lui appartenons, nous n’avons pas la me?me couleur au soleil. Nos dieux n’ont pas forcement le me?me nom, et plusieurs d’entre nous ne croient gui?re au ciel. Mes climats sous lesquels nous vivons paraissent si dissemblables que des uns ne connaissent qu’un long e?te? et les autres de rudes hivers enneige?s. Nos chants ne se ressemblent jamais, me?me s’ils s’accordent souvent a? l’unisson. Nos re?cits ne puisent pas a toutes les me?mes sources, me?me s’ils coulent souvent dans la me?me direction.

Entre nous, on voit eu beaucoup de blessures qui commencent a? peine a? cicatriser gra?ce au boulot de me?moire. Les langues que nous entendons depuis notre enfance, et jusque dans les rues de les me?tropoles, sont innombrables, tel sont diffe?rentes les conditions d’existence de des populations.

Mais cette famille si bigarre?e, si chatoyante, si vibrante, diverse, coruscante, est une famille unie.

Unie avant toute chose par une langue, votre langue que tous d’entre nous, avec des accents, des tournures, des particularite?s, nous faisons vivre de manie?re plurielle, mais dans laquelle nous nous comprenons intimement. Cette langue qui n’appartient a? aucun d’entre nous, mais qui est la proprie?te? de tous, qui s’est e?mancipe?e de le lien avec la nation franc?aise Afin de accueillir l’integralite des imaginaires, ceux de SENGHOR et d’IONESCO, de Milan KUNDERA et d’Alain MABANCKOU, de Charles AZNAVOUR et de Youssou N’DOUR, de MODIANO tel d’Amin MAALOUF.

Unie, notre famille l’est, non jamais seulement par votre langue, constamment transforme?e, et via une certaine vision de l’univers. Cette vision que notre langue commune, a? travers nos e?changes incessants, a contribue? a? fac?onner. Cette vision que chaque jour cette dernii?re re?invente, parce que notre communaute? linguistique, comme d’autres communaute?s linguistiques, est votre e?tre vivant qui s’enrichit sans cesse de nouveaux sens, de nouvelles constructions, de nouvelles expe?riences.

Unie, notre famille l’est enfin via ses ide?aux, ses espoirs, ses aspirations les plus profondes. Ses aspirations a? la fraternite?, la paix, la liberte?, la dignite? humaine, la justice, qui sont le socle me?me de notre communaute?.

Mesdames et Messieurs,

Ce Sommet tout i  l’heure te prend un tour tout particulier.

Vous avez e?voque?, Messieurs des Pre?sidents, Monsieur le Premier ministre, le lei§ons que te prend individu, partout autour de nous. Nous voyons des belles transformations a? l’?uvre, et nous voyons notre ordre international bouscule?.

About Nguyễn Thị Huyền Trân

Check Also

Just how much is People Treatment? Is-it Worth It?

Just how much is People Treatment? Is-it Worth It? What’s couple’s therapy anyways? While the …